• Accueil
  • > Actualité
  • > Préparer dès maintenant la politique de la ville de demain: l’après 2009

Préparer dès maintenant la politique de la ville de demain: l’après 2009

Posté par politikment correkt le 30 janvier 2009

Voilà comment résumer la principale mission des élus et des professionnels du DSU pour l’année 2009, fin d’échéance de « l’Acte I » du Contrat Urbain de Cohésion Sociale.

Alors que le Comité interministériel des Villes (CIV) s’est réuni le 20 janvier 2009 pour traiter du « Plan Espoir Banlieues », le CUCS, « dispositif centralisateur de la politique de la ville », n’a pas été abordé mais devrait être à l’ordre du jour du prochain CIV prévu pour le mois de juin. 

En conséquence, les délais impartis, que l’on peut juger très courts, ne favoriseront pas la construction ni l’aboutissement d’une réflexion profonde et partenariale. Après tout, qu’attendons-nous, nous professionnels, que les projets territoriaux que nous avons construits vivent et qu’ils ne meurent pas subitement d’une « tumeur maline » qui a eu le temps de se généraliser parce que nous n’avons pas fait de dépistages depuis trop longtemps. Aujourd’hui, les plus prévenants sont passés chez le médecin et y vont régulièrement pour connaître leur état de santé, ils savent tous que leur corps va mal mais qu’il est encore loin d’être dans un état critique. 

Nous connaissons la situation, nous savons aussi comment les choses vont se dérouler, prenons les devants fidèlement à nos habitudes pour lancer l’évaluation de l’Acte I des CUCS, pour réactualiser nos diagnostics locaux, pour revisiter la pertinence de la géographie prioritaire, pour jauger de l’avancement du projet territorial. Les équipes projets doivent s’armer et être force de proposition, parce que l’attente risque d’être foudroyante pour beaucoup de territoires. 

Concrétement ce qui nous inquiète, c’est la non-reconduction des CUCS et/ou le désengagement de l’Etat dans des centaines de villes, parce que l’Etat a décidé de concentrer son action sur les territoires « les plus en difficulté » au travers du Plan Espoir Banlieues notamment. 

La « politique de la ville » au sens large, ce n’est ni le Plan Espoir Banlieue, ni le CUCS, qui sont seulement des outils de mise en forme de cette politique publique contractuelle, mais c’est la conduite d’un projet territorial partagé dans le but de réduire les inégalités sociales, économiques, culturelles et territoriales. Finalement, la politique de la ville est de partout où les élus locaux font de la cohésion sociale et de la réduction des inégalités leurs priorités et/ou leurs objectifs, et où des équipes de projet travaillent à cette fin utilisant les dispositifs comme des outils au service du projet territorial.

  1. Pourquoi préparer dès maintenant l’après 2009 ? Pour éviter d’être pris de cours par l’Etat, pour prendre le temps de réfléchir à l’état d’avancement, à l’évolution ou au réajustement du projet territorial inscrit dans tous les CUCS.

  2. Comment se préparer au mieux ? Lancer les démarches d’évaluation, informer, former et travailler avec les élus sur la volonté politique de contractualisation avec l’ensemble des partenaires (Etat, Conseil régional, Conseil général, CAF, intercommunalité, etc.).

 

Laisser un commentaire

 

vivreavec1handicap |
ELAyam-2 |
dartagnan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | D A T A F O R U M
| Génération Citoyenne
| machinesabois