Pensées philosophiques sur le rôle des professionnels DSU

Posté par politikment correkt le 12 juin 2008

De nombreuses institutions, qu’elles soient associations de professionnels du DSU, institutions administratives, politiques, syndicales ou autres, multiplient les publications d’études ou de rapports sur les politiques publiques de développement social urbain, mais trop peu sont celles qui mettent sur le devant de la scéne le rôle de la relation à la personne.

La relation à l’autre est le leitmotiv d’une dynamique partenariale, socle de tout départ de projet. Ecouter l’autre, comprendre, analyser, parler, partager, échanger, trouver un compromis sont autant de valeurs et d’impératifs à intégrer et à appliquer dans les métiers du DSU. Quand ces éléments sont autant de savoirs être chez les professionnels et ce quelque soient les étiquettes d’appartenance politique ou autre, les réseaux se constituent, les projets prennent forme et se pérennisent le temps que les êtres sont là. Parce que nombreux d’entre nous deviennent et sont des « moteurs » de projets et non seulement des monteurs administratifs et financiers, la dynamique partenariale devient règle d’or.

Publié dans Actualité | 1 Commentaire »

Espoir banlieue : l’Education au premier rang

Posté par politikment correkt le 19 février 2008

Discours de Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale pour la mise en place du volet « Education Nationale » de la dynamique « Espoir banlieues »,

jeudi 14 février 2008

Sur la base des territoires de l’éducation prioritaire, de nombreuses mesures laissent place à l’espoir mais pour combien de temps parce que les objectifs fixés sont souvent très hauts mais les premiers moyens doivent voire le jour dès la rentrée 2008 :

1/ Les élèves pourront bénéficier d’un accueil deux heures après les cours, quatre jours par semaine, à l’occasion duquel ils se verront proposer une aide aux devoirs, la pratique d’une activité à caractère culturel ou artistique, ou encore l’exercice d’une activité sportive.

2/ Le principe de transport en bus des élèves de CM1 et de CM2 vers d’autres établissements moins homogènes, sera expérimenté dans 50 sites.

3/ Parce qu’il existe de vrais ghettos scolaires, le Président de la République a demandé à ce que les collèges les plus dégradés soient fermés.

4/ Le premier objectif fixé pour la rentrée 2008, sera la création de 50 nouvelles classes de l’enseignement privé dans les banlieues.

5/ D’ici 3 ans, l’objectif est de passer à un total de 2 500 places labellisées « internat d’excellence » où seront hébergés durant la semaine des jeunes dans le cadre d’un projet éducatif renforcé.

6/ Dés la rentrée 2008, 30 lycées des quartiers difficiles seront érigés en site d’excellence. Chacun de ces sites proposera l’une des trois filières d’excellence suivante : – soit une section internationale, – soit une filière d’excellence artistique et culturelle, – soit un lycée des métiers.

7/ Les 5 % des élèves les plus méritants de chaque lycée d’enseignement général et technologique se verront proposer un accès en classe préparatoire aux grandes écoles, mesure effective à partir du mois de juin.

8/ Développement d’une banque de stages du C.A.P. au B.T.S.

9/ Multiplication des écoles de la deuxième chance pour accueillir les jeunes sortis du système scolaire sans qualification. A terme, chaque département aura son école de la deuxième chance.

Nous attendons maintenant l’application de ces mesures et au moins autant pour le logement, le cadre de vie, la rénovation urbaine, l’emploi, le développement économique, la sécurité, la prévention de la délinquance, la santé…

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Le droit commun pour tous et la politique de la ville pour les quartiers défavorisés

Posté par politikment correkt le 30 octobre 2007

La politique de la ville est une politique publique contractuelle qui a été élaborée à la fin des années 70 afin de résorber les premières difficultés que les cités HLM concentraient : dégradation du bâti, paupérisation, exclusion…

Installée « intérimèrement », la politique de la ville a fait sa place dans le champ des politiques publiques même si elle n’est toujours pas reconnue de tous de part son manque d’efficacité et de transparence. Trente ans plus tard, le constat sur le terrain des professionnels et les nombreuses études démontrent un effacement profond et durable du droit commun dans certains quartiers dits »en difficulté » alors que les habitants de ces dits quartiers doivent faire face à une croissance de la pauvreté, de la violence, du délitement du lien social, du communautarisme… Tous ces facteurs composent, font la cité, voire « font la ville » aujourd’hui.

Alors, quelle est la réponse des institutions à la constitution d’ilôts de misère sociale ?

« La politique de la ville » pour les habitants des quartiers et le droit commun pour les autres.  Il y a bien deux politiques menées:

-  »la politique de la ville », c’est la politique que les institutions mènent dans les quartiers défavorisés par l’intermédiaire de services dédiés entièrement à sa mise en oeuvre et à son suivi.

- et il y a à côté « le droit commun », c’est l’ensemble des politiques publiques engagées par l’Etat et les collectivités territoriales chacun dans son champ de compétence (cf. loi de décentralisation) dans le but de garantir le droit commun à tous d’accéder à l’éducation, à la santé, au logement, au travail…

La réalité nous prouve tous les jours que le seul droit auxquels les habitants de quartiers en déclin ont c’est la liberté de pensée et d’agir en contre-pouvoir des systèmes qui les exclus, et lorsqu’ils le font (émeutes et violences urbaines d’octobre 2005), on parle de « racailles ». Je n’oserai croire qu’il existe autant de délinquants que l’on recense d’habitants dans nos cités.

Quel résultat des manifestations sociales d’octobre 2005 qui n’ont connu aucun précédent dans notre pays ?

Un zéro pointé aux administrations !

La seule réponse qui nous est apporté aujourd’hui à nous professionnels du développement social urbain et aux habitants, ce sont les « rencontres territoriales de la ville » organisées dans chaque département par l’Etat et qui se déroulent d’une demi-journée à un mois en fonction des villes. Le résultat, ce sera le « Plan Marshall pour les banlieues » en guise d’oeuf de Pâques.

 

Vive la République, Vive la France !

 

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Les premiers appels à projets du CUCS : l’entrée dans une nouvelle ère de la politique de la ville ?

Posté par politikment correkt le 24 août 2007

C’est la rentrée !

Le temps de l’appel à projets constitue toujours le départ d’une nouvelle année pour les équipes de la politique de la ville, et l’étape de la rédaction de ce document impose toujours autant d’inventivité même s’il reste trop souvent calqué sur l’année précédente.
En cette année nouvelle, année de transition des contrats de ville aux contrats urbains de cohésion sociale, le premier appel à projets des CUCS a finalement du mal à ne pas ressembler à ces prédécesseurs.

Alors qu’il reste encore à finaliser pour certains, d’autres plus précoces l’ont déjà rédigé, voire publié. La toile du net nous met à disposition quelques exemples qui vous permettront de vous faire un avis :

http://www.saone-et-loire.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=178

http://www.legrandchalon.fr/329-appel-a-projet-du-contrat-de-ville.htm

http://www.ville-gap.fr/fileadmin/gap-ville/municipalite/grands_projets/cucs/Appel_a_projet_2008.pdf

http://www.legrandtarbes.net/competences/ville.htm

L’appel à projets est destiné aux différents organismes susceptibles de proposer des actions contribuant à la réalisation des contrats urbains de cohésion sociale dans les villes concernées par des territoires prioritaires.
Les associations, au côté des établissements publics et bailleurs sociaux, sont les principaux récepteurs de l’application de la politique de la ville.
Chaque année, ces dernières constituent des dossiers de demande de subvention en conformité à la « commande publique », répondant aux thématiques retenues et aux objectifs fixés.

Cette période est propice à la réflexion à travers de nombreux questionnements voire de remise en question. Parmi l’éventail de questions que les acteurs peuvent se poser, une question est commune à toutes les équipes opérationnelles: comment éviter la reconduction systématique de projets préexistants alors qu’ils représentent la grande majorité des projets déposés. La bonne question qu’il convient alors de se poser c’est pourquoi les opérateurs reproduisent chaque année à 80% les mêmes projets « à la virgule prêt » ?

Sans rentrer dans la caricature et sans prétention, je crois que cela demande de la sincérité de la part de tous les acteurs de la politique de la ville sans poser de responsabilité, les institutions comme le monde associatif sont aujourd’hui sclérosés par les enjeux tantôt politiques tantôt financiers qui nous empêchent de créer une véritable politique de développement social urbain dans nos villes.
Il est cependant difficile d’appliquer cette photographie de la politique de la ville sur l’ensemble du territoire national. Les petites et moyennes villes qui rentrent dans le dispositif par le biais du CUCS doivent cependant avoir conscience des effets pervers de cette politique publique. Ces dernières ont néanmoins la chance voire l’opportunité de créer une réelle dynamique dans les quartiers prioritaires et par de là dans leur territoire en évitant de reconstruire ce que certains essaient de défaire aujourd’hui.

Publié dans Actualité | 1 Commentaire »

Le Contrat Urbain de Cohésion Sociale, nouveau cadre de la politique de la ville

Posté par politikment correkt le 7 août 2007

La loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003 définit le Contrat Urbain de Cohésion Sociale (C.U.C.S.) comme le successeur du Contrat de Ville 2000-2006. Ce nouveau cadre, d’une durée de trois ans (2007-2009) reconductible une fois, se veut le moteur d’une nouvelle dynamique de politique de développement social et urbain « durable ».

Alors que la politique de la ville a apporté un regard novateur en posant les jalons de la contractualisation institutionnelle dès la fin des années 70, elle s’est révélée par la suite moins génératrice d’innovations, voire au contraire dégénérescente.

Il convient ainsi de s’interroger sur la réorganisation même de cette politique publique et sur les fondements du contrat urbain de cohésion sociale.

Le CUCS n’est pas « la refonte » tant attendu que les acteurs de la politique de la ville espéraient ; il ne s’agit pas de faire le procès de la politique de la ville et du CUCS alors même qu’il entre dans sa première année, mais nous devons nous intéresser aux changements que ce nouveau process induit. Quelles sont alors les bonnes questions à se poser si ce n’est celle de l’évolution du statut des associations (professionnalisation, pérennité des actions…), du développement des quartiers dits « en difficulté » (du point de vue urbanistique, social, économique…), des enjeux à traiter aujourd’hui et des moyens mobilisés (sont-ils les mêmes qu’il y a 5, 10, 15, 20 ans).

Les résultats des évaluations des contrats de ville ne sont finalement pas trop loin du regard médiatique posé sur les quartiers, à savoir on en parle très peu ou on en parle mal. Les municipalités et les associations développent de nombreux projets à caractère social, des équipes opérationnelles et d’ingénierie de développement social urbain sont dédiées spécifiquement aux projets dans les quartiers sensibles, mais la finalté reste trop souvent minimale pour être valorisée sur un plan qui dépasse le local.

De ce point de vue, l’organisation et la constitution des acteurs de la politique de la ville en réseau devient de ce fait un levier indispensable à la valorisation des projets et à l’échange d’expérience.

  

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

De nouvelles nominations à la tête de l’Etat

Posté par politikment correkt le 6 août 2007

Pour débuter avec ce premier article, une question : que vous évoque la nomination de Fadela Amara au secrétariat d’Etat de la politique de la ville sous l’égide de Christine Boutin, ministre du logement et de la ville ?

En ce qui me concerne, je tiens à féliciter les premières initiatives de l’Etat, à savoir la création de deux blogs institués par Fadela Amara.
Donner la parole à ceux que l’on entend jamais et à ceux que l’on montre souvent du doigt, c’est d’une certaine façon respecter chacun dans sa diversité et offrir une main tendue pour l’avenir.

En tant que jeune professionnel de la politique de la ville, beaucoup de choses peuvent être dites et on ne sait jamais par où commencer.
Et je crois profondément que le problème de la politique de la ville, c’est qu’on a du mal à la définir, les contours sont floues, le champ d’action bien souvent trop vaste alors que la marge de manoeuvre des acteurs reste très restreinte.

S’il y a une chose à changer dans cette politique publique, c’est bien sa définition même. Sa forme change (HVS, DSQ, DSU, Contrat de ville, et maintenant CUCS) mais le fond reste le même… en gros on prend les mêmes et on recommence. Alors, peut-on croire ainsi au changement à travers la nomination de ces nouvelles têtes à la délégation interministérielle à la ville ?
Pour terminer sur une note positive, je crois qu’il y a surtout des termes à redéfinir (citoyenneté, solidarité, participation des habitants) avec les véritables protagonistes dans les villes (habitants, associations, institutions).

En définissant mieux les bases de cette politique de façon partagée, nous pourrons mieux travailler sur les actions.

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Bienvenue

Posté par politikment correkt le 6 août 2007

Bienvenue
à tous ceux qui découvrent et visitent ce nouveau site.

Ce site concernera l’actualité de la politique de la ville au niveau national ainsi que son application locale.

Cette adresse se veut être un espace d’échanges, de réflexion et de capitalisation d’expérience ouvert à tous et notamment aux acteurs de la politique de la ville.

Publié dans Actualité | 1 Commentaire »

12
 

vivreavec1handicap |
ELAyam-2 |
dartagnan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | D A T A F O R U M
| Génération Citoyenne
| machinesabois